Accueil / Vêtement et accessoire connectés / Bijoux / [CES 2015] Misfit et Swarovski s’unissent avec un cristal connecté

[CES 2015] Misfit et Swarovski s’unissent avec un cristal connecté

Misfit et Swarovski s’unissent et présentent au CES 2015 une nouvelle addition à la collection Shine de Swarovski, le premier bracelet connecté qui se recharge grâce à l’énergie solaire.

Le premier bracelet à énergie solaire

Shine bracelet connecté energie solaire
Crédit photo : lesnumeriques.fr

Swarovski présente avec Misfit (à l’origine du bracelet Shine) de nouveaux bijoux connectés qui n’auront plus besoin d’être rechargés sans cesse. En effet, les deux entreprises proposent deux versions du bracelet tracker d’activité. Le premier fonctionnera comme l’original mais il sera orné d’un cristal Swarovski et le second en revanche, sera orné d’un cristal cachant les récepteurs solaires.

Swarovski et Misfit annoncent une batterie tenant jusqu’à 6 mois.

De nouveaux accessoires

Bracelet Shine Piofora Swarovski Misfit

A cette occasion, la Collection Shine a aussi créé de nouveaux accessoires comme les bracelets Piofora et Slake ainsi qu’un pendentif pouvant être porté en collier, Vio Pendant. Nouvelle Collection Shine Swarovski Misfit

Il y aura des lots de deux allant de $170 (environ 144€) à $250 (environ 212€). Pour ceux qui auraient déjà le bracelet Shine, Swarovski a aussi créé des nouveaux accessoires allant de $70 (environ 60€) à $150 (environ 127€) pour lui apporter une touche un peu plus glamour.

Swarovski prouve encore une fois qu’il ne fait pas dans la discrétion mais pourquoi pas ? Tout le monde a le droit d’avoir un bracelet connecté aussi brillant soit-il. Pourvu que la brillance du cristal ne dépasse pas celle du soleil au risque d’éblouir tout le monde. Les Miss Bling-Bling vont être ravies.

Source : gizmodo.com

La NASA a trouvé un iceberg parfaitement rectiligne La NASA a publié le 17 octobre, sur son compte Twitter, une photo plutôt surprenante : un iceberg aux lignes droites et rectiligne. Lorsqu’il s’est détaché de la banquise, l’iceberg s’est transformé en rectangle parfait. Pas commun. Des angles droits et une surface bien lisse. Les scientifiques de la NASA sur place, n’en sont pas revenus. Ils ont l’habitude de voir des icebergs tabulaires mais jamais de lignes aussi droite. L’effet wow ne s’est pas fait attendre, et très vite l’image postée par le compte NASA ICE a créé l’engouement. Iceberg carré L’homme n’y est pour rien pour une fois, la banquise a fait son travail, lorsqu’elle devient trop lourde un peu comme un ongle qui serait trop long, elle casse et forme ces icebergs. Rassurez-vous l’agence américaine n’était pas sur place pour organiser une immense chasse aux icebergs qui ressemble à des parallélépipèdes rectangles. Comme quoi le hasard fait parfois bien les choses. Objectif initial de la mission : recenser en image l’Antarctique afin de mieux comprendre comment le réchauffement climatique affecte la banquise et comment la glace évolue. C’est à quelques kilomètres de la barrière Larsen que cet iceberg étrangement parfait est apparu. Selon les scientifiques, il a sûrement dû se détacher de la banquise, appelé Larsen C. Bien sûr nous ne pouvons pas connaître exactement sa taille même si la scientifique spécialiste de la banquise Kelly Brunt pense qu’il doit au moins mesuré 1km de long. Elle ajoute qu’il ne faut pas oublier qu’il ne s’agit ici que de la partie immergée de l’iceberg. Ces belles lignes blanches et rectilignes ne représentent donc que 10% de l’iceberg. Mais au vu de tels angles droit, la césure avec la banquise a dû se faire très récemment. Des paysages qui nous fascinent Ce n’est pas la première fois que la NASA nous surprend et nous émerveille devant la beauté glacée de ces paysages figés. Un magnifique couché de soleil surplombant les montagnes givrées, un iceberg en forme de cœur ou encore une eau bleu profond. L’antarctique a tant de mystères et de choses à nous apprendre sur notre environnement, son esthétisme n’est qu’un bonus. Avantage qui permet bien souvent à l’agence américaine de faire la lumière sur le réchauffement climatique ou sur la situation alarmante de la banquise.