Accueil / Bébé - Puériculture / CES 2016 : top 7 des objets connectés pour bébé

CES 2016 : top 7 des objets connectés pour bébé

samsung mwc 2017 samsung galaxy tab s3

Des tests de grossesse, des sièges voiture… Autant d’objets aidant déjà les jeunes parents à préparer l’arrivée de leur bébé ou de s’en occuper au mieux. Le CES 2016 a révélé la version connectée de ces produits. Des scanners prénataux aux chaussons pour bébé, on vous dit tout dans notre top !

Le CES 2016 et les bébés connectés

On dit souvent que les objets connectés, et tous les gadgets technologiques de manière générale, sont surtout destinés à la génération Y. Les jeunes auraient donc soit disant plus d’utilité à cette profusion technologique. Mis à part le fait qu’il s’agisse de n’importe quoi (nos coucous aux autres générations), que dire des objets connectés dédiés aux plus jeunes ? Non non, encore plus jeunes. Les bébés, par exemple.

Le secteur existe bien, et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il est appelé à se développer. Pour preuve, le CES 2016, qui se tient actuellement à Las Vegas, possédait une section entièrement dédiées aux objets connectés destinés aux bébés. Des tests de grossesse Bluetooth aux chaussons connectés, voici notre top 7 des objets connectés spécialement conçu pour les bébés.

bébé connecté

1) First Response, un test de grossesse… par Bluetooth

Les tests de grossesse classiques, c’est démodé. Place aux tests de grossesse 2.0 ! Autant vous l’avouer tout de suite, au début, on craignait qu’il faille uriner sur son iPhone pour profiter de la chose. Fort heureusement, il n’en est rien, puisque le First Response Pregnancy Pro ressemble beaucoup à un bâtonnet de test standard.

Si vous vous demandez comment celui-ci peut bien être connecté (mais après tout, le CES 2016 nous a bien offert des tatouages connectés, alors pourquoi pas ?), demandez à First Response. Le fabricant de tests de grossesse à décidé de produire une version connectée de leur produit, First Response Pregnancy Pro, l’équipant des fameux boutons + et – censés indiquer la nouvelle (bonne ou mauvaise, on vous laisse décider) ainsi que d’une puce Bluetooth.

Bien entendu (ou pas), cette puce Bluetooth sert à relier le test de grossesse connecté avec une application mobile ou tablette, qui servira à faire patienter l’utilisatrice pendant les trois minutes nécessaire à l’analyse des résultats. Selon les résultats espérés, l’application pourra même aider à passer le temps en lui proposant des vidéos destinées à la calmer ou en lui proposant des conseils de fertilité.

Autant dire qu’on a un peu de mal à voir l’utilité, d’autant que, prévue pour 20 $, le First Response Pregnancy Pro est beaucoup plus cher que les versions offline. A vous de trancher.

First Response

2) Belli, un capteur de fertilité sans fil

Une fois la grossesse confirmée, encore faut-il bien gérer la grossesse. La société Bloom propose pour cela Belli, qu’elle présente comme un coach de grossesse personnalisé. A ne pas confondre avec l’autre Bloom, qui désigne lui aussi un objet connecté pour bébé, mais un capteur de fertilité (qui avait été présenté au CES 2015, le monde est petit).

Le Bloom dont nous parlons est à l’origine de Belli, qui prend la forme d’un patch à apposer sur le ventre de la future maman. Le capteur incorporé est lié une application qui se chargera d’analyser la fréquence et la durée des contractions et de les présenter via une interface relativement claire. Les données relevées peuvent ensuite être partagées en ligne, avec son médecin par exemple. De quoi permettre aux professionnels de la santé de suivre la situation de manière plus régulière et ainsi d’affiner leurs conseils.

Peu d’informations sont accessibles pour le moment. Nous vous tiendrons informés au fur et à mesure de l’avancement de ce CES 2016.

IMG_0478

3) Avec Pico, Snuza surveille les mouvements de bébé

Snuza est un nom bien connu chez les jeunes et futurs parents, puisqu’il s’agit d’un fabricant de moniteurs pour bébé. Ses modèles Audio, Duo et Trio font ainsi office de moniteurs audio pour garder son nourrisson à l’oreille, pendant que le Hero est un appareil qui, accroché au lange du bébé, permet de suivre ses mouvements abdominaux. Au CES 2016 a été révélé un nouveau modèle, Pico, une version connectée du Hero qui lui permet d’être utilisable avec un smartphone via connexion Bluetooth.

Le principe est sensiblement le même qu’avec le Snuza Hero : le module se clipse au lange et alertera les parents si plus aucun mouvement n’est détecté pendant une période donnée (plusieurs périodes de 15 secondes pour le Hero). L’application en profite aussi pour délivrer davantage d’informations sur les mouvements précis du bébé, sa position ou sa température. Elle permet aussi de suivre ces données via plusieurs téléphones à la fois, de manière à rassurer chaque parent.

L’autonomie annoncée de la batterie du Snuza Pico est d’une semaine. Pour ce qui est un prix, il est encore inconnu, mais il devrait être commercialisé en juin 2016.

IMG_0482

4) Un body connecté pour bébé connecté

Le phénomène des vêtements connectés ne s’appliquent pas qu’aux geeks ou aux sportifs. Les bébés y trouvent aussi leur compte, en témoigne Mimo. Mimo est un body pour bébé, bourré de capteurs, pour surveiller les données du nourrisson de manière permanente. Mouvements, position, respiration température corporelle… Autant de données relevées par ce vêtement connecté et expédié, via Bluetooth 4.0, à une application dédiée sur iPhone ou Android.

C’est l’un des nombreux objets connectés pour bébé à faire office de babyphone 2.0. Le microphone intégré permet aux parents de suivre les sons en direct, mais l’application mobile peut transmettre de nombreuses autres informations et permet même de programmer des alarmes en cas de réveil du petit bout.

Mimo se veut parfaitement inoffensif pour le bébé (en tout cas, autant qu’un babyphone classique). Les ondes dégagées ne lui sont pas nocives et il a l’avantage d’être waterproof. Il est disponible en trois tailles (de 0 à 3 mois, de 3 à 6 mois, de 6 à 12 mois) pour pouvoir être utile à long terme. Intéressé ? Il faudra vous rendre sur le site de Mimo, et dépenser quelques 199 $ (ou l’équivalent de 182 €).

Mimo

5) Hatch Baby, l’arrivée des tables à langer connectées

Et pourquoi pas ? Dans le domaine, le seul objet pour bébé que l’on ait pas encore vu se connecter à un smartphone, c’est la table à langer. Hatch Baby se présente comme tel au CES 2016, pourtant c’est bien plus que ça.

En apparence, l’objet ne présente que peu de différences par rapport à une table à langer standard. Le seul point notable est son écran, qui laisse entrevoir les différentes fonctionnalités et mesures dont il est capable. A l’instar de d’objets connectés, on y retrouve une fonction de suivi à travers le temps. Comme la table fait aussi office de balance, elle intègre à la fois un suivi de l’horaire de changements des couches mais aussi celui du poids et de la taille du bébé.

Connecté à une application mobile dédiée, il est donc possible de garder un œil sur ces informations où que l’on soit (par exemple, pour savoir comment se porte le bébé chez la nourrice pendant qu’on travaille). Cette appli peut aussi délivrer des informations telles que les horaires des repas et du sommeil du nourrisson. Il devient ainsi plus facile de suivre son évolution à long terme.

Hatch Baby

6) Des capteurs connectés version chaussons

Ah, vous n’étiez pas au courant ? Tout comme vous pouvez vous chausser de plusieurs sortes de chaussures connectées (dont plusieurs découvertes à ce CES 2016), votre progéniture peut elle aussi profiter de chaussons high tech.

Ceux-ci se nomment Owlet (référence au nom anglais de la chouette, symbole du produit). Ici aussi, on retrouve la santé du bébé avant tout, puisque ces chaussettes connectées ne sont rien d’autres que des capteurs de rythme cardiaque et de taux d’oxygène. Pour calculer ces données, Owlet se dote d’une technologie « utilisée par les hôpitaux » et réveille aussitôt les parents lorsque les infos passent dans le rouge. C’est tout ! Pas d’innombrables quantités de données à surveiller, Owlet se veut un produit axé sur la simplicité et ne pas déranger les parents pendant qu’ils profitent simplement de la présence de leur bambin.

Les chaussons connectés Owlet existent en trois tailles. Elles sont déjà disponibles sur le site d’Owlet pour 250 $.

IMG_0079

7) 4moms, plus qu’un siège auto

Prenons la route, maintenant. Conduire avec un bébé dans la voiture, c’est tout un défis. Les mères savent à quel point la chose est préoccupante, et combien il est important pour elles de vérifier régulièrement que le siège pour bébé est bien attaché tout au long du transport. Surtout que, d’après la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA), trois sièges bébé sur quatre seraient mal installés. Un siège auto pour bébé connecté, ça serait pratique non ? C’est sûrement ce que s’est dit 4moms au CES 2016.

Souvenez-vous, on vous en avait déjà parlé dans notre top 5 des produits les plus insolites de ce CES. Donc, 4moms propose un siège auto connecté qui propose de guider les parents durant l’installation dans la voiture, les affublant de conseils visuels et sonores. Une fois installé (l’écran de l’appareil le signale aussitôt), le siège auto peut se rehausser afin de faire en sorte que le bébé soit bien droit. Comme la base, une fois qu’on lui a renseigné le modèle de la voiture, connait la disposition des sièges, elle peut vérifier d’elle-même quand le siège bébé est opérationnel et complètement safe. La première installation ne dure donc pas plus que quelques minutes, et les suivantes seront encore plus rapides étant donné la mémoire de l’appareil.

Le siège connecté dispose aussi d’une application pour suivre à tout moment l’évolution du siège pendant le voyage, ce qui éviter de devoir le vérifier manuellement toutes les cinq minutes. Actuellement en présentation au CES 2016, le siège connecté de 4moms sera disponible dès cet été pour 499,99 dollars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La NASA a trouvé un iceberg parfaitement rectiligne La NASA a publié le 17 octobre, sur son compte Twitter, une photo plutôt surprenante : un iceberg aux lignes droites et rectiligne. Lorsqu’il s’est détaché de la banquise, l’iceberg s’est transformé en rectangle parfait. Pas commun. Des angles droits et une surface bien lisse. Les scientifiques de la NASA sur place, n’en sont pas revenus. Ils ont l’habitude de voir des icebergs tabulaires mais jamais de lignes aussi droite. L’effet wow ne s’est pas fait attendre, et très vite l’image postée par le compte NASA ICE a créé l’engouement. Iceberg carré L’homme n’y est pour rien pour une fois, la banquise a fait son travail, lorsqu’elle devient trop lourde un peu comme un ongle qui serait trop long, elle casse et forme ces icebergs. Rassurez-vous l’agence américaine n’était pas sur place pour organiser une immense chasse aux icebergs qui ressemble à des parallélépipèdes rectangles. Comme quoi le hasard fait parfois bien les choses. Objectif initial de la mission : recenser en image l’Antarctique afin de mieux comprendre comment le réchauffement climatique affecte la banquise et comment la glace évolue. C’est à quelques kilomètres de la barrière Larsen que cet iceberg étrangement parfait est apparu. Selon les scientifiques, il a sûrement dû se détacher de la banquise, appelé Larsen C. Bien sûr nous ne pouvons pas connaître exactement sa taille même si la scientifique spécialiste de la banquise Kelly Brunt pense qu’il doit au moins mesuré 1km de long. Elle ajoute qu’il ne faut pas oublier qu’il ne s’agit ici que de la partie immergée de l’iceberg. Ces belles lignes blanches et rectilignes ne représentent donc que 10% de l’iceberg. Mais au vu de tels angles droit, la césure avec la banquise a dû se faire très récemment. Des paysages qui nous fascinent Ce n’est pas la première fois que la NASA nous surprend et nous émerveille devant la beauté glacée de ces paysages figés. Un magnifique couché de soleil surplombant les montagnes givrées, un iceberg en forme de cœur ou encore une eau bleu profond. L’antarctique a tant de mystères et de choses à nous apprendre sur notre environnement, son esthétisme n’est qu’un bonus. Avantage qui permet bien souvent à l’agence américaine de faire la lumière sur le réchauffement climatique ou sur la situation alarmante de la banquise.