Accueil / CES 2018 / CES 2016 : place au tatouage connecté !

CES 2016 : place au tatouage connecté !

Tatouage connecté

On connecte des montres, des caméras, des thermomètres, même des pots de fleurs… Mais jusqu’ici, jamais nous n’avions connecté une chose comme des tatouages. Eh bien, c’est maintenant chose faite avec les premiers tatouages connectés réalisés par MC10 et… L’Oréal.

Le tatouage connecté apparait au CES 2016

Oui oui, vous avez bien lu. C’est l’une des dernières choses que l’on imaginait voir se connecter. En fait, on ignorait même que la chose était ne fut-ce que connectable. En tout cas, c’est une avancée majeure dans le secteur des wearables. On parle du tatouage connecté – ou en tout cas ce que la société MC10, son fabricant, présente comme tel.

En effet, ne vous attendez pas ici à un véritable tatouage. Point question d’encre ou de matériel injecté sous la peau. Le BioStamp RC (pour Research Connect), l’un des deux produits présentés par MC10, ressemble plus à un patch qu’à un tatouage. Il s’agit d’une espèce de petit pansement, bourré de capteurs microscopiques : un accéléromètre, un gyroscope et un électrocardiogramme. En ce point, il n’est donc pas sans évoquer Tucky et TempTraq, dont nous vous parlions déjà ici, puisqu’on reste dans le domaine de la santé connectée. L’objet a surtout pour utilité de suivre les données vitales des utilisateurs souffrant de maladies neurodégénératives ou de problèmes moteurs. Son appellation de tatouage tient du fait qu’il est conçu pour rester collé à la peau sans gêner les mouvements de l’utilisateur. Pas illogique.

Tatouage connecté

Un tatouage connecté par… L’Oréal

Bon, d’accord, en fait il s’agit plutôt d’un partenariat effectué entre L’Oréal et la société MC10, déjà à l’origine du BioStamp Research Connect. Cette autre version du tatouage connecté se destine à protéger son porteur du soleil. Ou du moins, à leur indiquer à quel point leur peau a souffert de l’exposition aux rayons ultraviolents. Ce produit se nomme My UV Patch. Il prend la forme d’un patch à déposer sur la peau et, pour illustrer les effets du soleil sur son utilisateur, se dégradera et changera de couleur en fonction des rayons ultraviolets reçus. Un moyen efficace de constater en temps réel les effets néfastes du soleil sur la peau, d’autant qu’il se double d’un capteur qui informera à le porteur à quel point sa peau a été abimée.

Pour ce faire, l’utilisateur n’aura qu’à prendre en photo son fameux tatouage connecté. Selon la couleur du My UV Patch, une application mobile pourra l’informer plus en détails sur à quel point sa peau a souffert. De plus, l’application devrait lui fournir des conseils sur comment mieux se protéger des rayons ultra-violets.

Aucune information sur le prix de ces deux produits, mais on sait déjà qu’ils devraient être disponibles dans le courant de l’année. Affaire à suivre.

Tatouage connecté - My UV Patch

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La NASA a trouvé un iceberg parfaitement rectiligne La NASA a publié le 17 octobre, sur son compte Twitter, une photo plutôt surprenante : un iceberg aux lignes droites et rectiligne. Lorsqu’il s’est détaché de la banquise, l’iceberg s’est transformé en rectangle parfait. Pas commun. Des angles droits et une surface bien lisse. Les scientifiques de la NASA sur place, n’en sont pas revenus. Ils ont l’habitude de voir des icebergs tabulaires mais jamais de lignes aussi droite. L’effet wow ne s’est pas fait attendre, et très vite l’image postée par le compte NASA ICE a créé l’engouement. Iceberg carré L’homme n’y est pour rien pour une fois, la banquise a fait son travail, lorsqu’elle devient trop lourde un peu comme un ongle qui serait trop long, elle casse et forme ces icebergs. Rassurez-vous l’agence américaine n’était pas sur place pour organiser une immense chasse aux icebergs qui ressemble à des parallélépipèdes rectangles. Comme quoi le hasard fait parfois bien les choses. Objectif initial de la mission : recenser en image l’Antarctique afin de mieux comprendre comment le réchauffement climatique affecte la banquise et comment la glace évolue. C’est à quelques kilomètres de la barrière Larsen que cet iceberg étrangement parfait est apparu. Selon les scientifiques, il a sûrement dû se détacher de la banquise, appelé Larsen C. Bien sûr nous ne pouvons pas connaître exactement sa taille même si la scientifique spécialiste de la banquise Kelly Brunt pense qu’il doit au moins mesuré 1km de long. Elle ajoute qu’il ne faut pas oublier qu’il ne s’agit ici que de la partie immergée de l’iceberg. Ces belles lignes blanches et rectilignes ne représentent donc que 10% de l’iceberg. Mais au vu de tels angles droit, la césure avec la banquise a dû se faire très récemment. Des paysages qui nous fascinent Ce n’est pas la première fois que la NASA nous surprend et nous émerveille devant la beauté glacée de ces paysages figés. Un magnifique couché de soleil surplombant les montagnes givrées, un iceberg en forme de cœur ou encore une eau bleu profond. L’antarctique a tant de mystères et de choses à nous apprendre sur notre environnement, son esthétisme n’est qu’un bonus. Avantage qui permet bien souvent à l’agence américaine de faire la lumière sur le réchauffement climatique ou sur la situation alarmante de la banquise.