Accueil / Bébé - Puériculture / CES 2016 : Tucky et TempTraq, la santé de l’enfant avant tout

CES 2016 : Tucky et TempTraq, la santé de l’enfant avant tout

CES 2016

Pendant CES 2016, des thermomètres connectés et dispositifs médicaux pour la santé de l’enfant seront présentés. L’occasion de revenir sur deux produits mis en avant lors de cet événement, le thermomètre connecté Tucky et le dispositif médical TempTraq.

La startup française E-TakesCare, spécialisée dans la santé connectée, a choisi de présenter son tout nouveau thermomètre connecté pour enfant lors du CES 2016. Situé au Tech West Sands Expo niveau 2 stand numéro 71125, elle sera donc disponible pour faire découvrir cet objet pratique à destination des parents.

Pour ce qui est de TempTraq, c’est aussi l’endroit parfait pour refaire découvrir son patch connecté, conçu pour surveiller la température d’un enfant quand celui-ci est malade. La société américaine Blue Spark Technologies, dont est issu le produit, sera donc au Tech West Location, stand numéro 74848. Deux produits similaires pour un même but, protéger son enfant.

Deux technologies similaires au CES 2016 ?

TempTraq patch connecté présenté au CES 2016

TempTraq est donc bien présent au CES pour démontrer l’utilité première de son patch connecté. Celui-ci permet donc de surveiller à distance, grâce à une application en téléchargement gratuit sur Android et iOS, la température de son bambin. Il s’agit d’un patch connecté de la catégorie des wearables, qui se place sous le bras de l’enfant et qui fonctionne avec la technologie Bluetooth.

Déjà présenté lors du CES de l’an dernier, il a été placé sous le CES Innovation Awards et cette fois-ci, il est bien en vente avec un prix de 24,99 dollars sur leur site et recommandé à 19,99 dollars sur les sites où il est déjà disponible comme Amazon ou CVS.

Il revient cette année avec une petite nouveauté, à savoir que le contrôle de la température pourra être étendu à 48 heures. Ce qui ne change pas c’est son mode de fonctionnement, il s’active toujours en appuyant sur le patch et le suivi reste continu et à distance.

Tucky, objet connecté pour enfant au CES 2016

Pour ce qui est du petit nouveau, la startup française E-TakesCare compte bien faire la différence avec son objet connecté Tucky. Le principe est bien le même, il s’agit de suivre en continu la température de son enfant à distance, grâce à une application, afin de ne pas le réveiller. Tout comme TempTraq, il suffit de poser le dispositif sous son aisselle et de suivre les mesures au fil du temps sur son téléphone, tout en recevant des alertes grâce à la technologie Bluetooth.

De grandes similitudes donc dans le produit, qui est souple et en matière non nocive pour l’enfant, mais aussi dans l’application elle-même, puisqu’il est possible de suivre plusieurs enfants en même temps et de transférer les données aux docteurs en charge pour qu’il puisse conseiller les parents et les avertir en cas de problèmes.

Différente couleurs de Tucky

Des produits différents pour autant ?

Selon la startup E-TakesCare, ce qui différencie son produit des autres thermomètres intelligents du marché, c’est la prise en compte des convulsions fébriles, une complication qui apparait avec des augmentations rapides de la fièvre, et de l’activité nocturne de l’enfant.

Ce qui fait la grande différence entre les deux produits c’est surtout la durée de vie de celui-ci. TempTraq est éphémère et se jette après utilisation, tandis que Tucky est un objet connecté qui se recharge par son port USB, il semble donc réutilisable avec une autonomie de 24h.

La différence de prix pour ces deux technologies résulte donc de cette durée de vie. Tucky sera commercialisé pour moins de 100 euros et devrait être disponible en pharmacie dès cet été.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La NASA a trouvé un iceberg parfaitement rectiligne La NASA a publié le 17 octobre, sur son compte Twitter, une photo plutôt surprenante : un iceberg aux lignes droites et rectiligne. Lorsqu’il s’est détaché de la banquise, l’iceberg s’est transformé en rectangle parfait. Pas commun. Des angles droits et une surface bien lisse. Les scientifiques de la NASA sur place, n’en sont pas revenus. Ils ont l’habitude de voir des icebergs tabulaires mais jamais de lignes aussi droite. L’effet wow ne s’est pas fait attendre, et très vite l’image postée par le compte NASA ICE a créé l’engouement. Iceberg carré L’homme n’y est pour rien pour une fois, la banquise a fait son travail, lorsqu’elle devient trop lourde un peu comme un ongle qui serait trop long, elle casse et forme ces icebergs. Rassurez-vous l’agence américaine n’était pas sur place pour organiser une immense chasse aux icebergs qui ressemble à des parallélépipèdes rectangles. Comme quoi le hasard fait parfois bien les choses. Objectif initial de la mission : recenser en image l’Antarctique afin de mieux comprendre comment le réchauffement climatique affecte la banquise et comment la glace évolue. C’est à quelques kilomètres de la barrière Larsen que cet iceberg étrangement parfait est apparu. Selon les scientifiques, il a sûrement dû se détacher de la banquise, appelé Larsen C. Bien sûr nous ne pouvons pas connaître exactement sa taille même si la scientifique spécialiste de la banquise Kelly Brunt pense qu’il doit au moins mesuré 1km de long. Elle ajoute qu’il ne faut pas oublier qu’il ne s’agit ici que de la partie immergée de l’iceberg. Ces belles lignes blanches et rectilignes ne représentent donc que 10% de l’iceberg. Mais au vu de tels angles droit, la césure avec la banquise a dû se faire très récemment. Des paysages qui nous fascinent Ce n’est pas la première fois que la NASA nous surprend et nous émerveille devant la beauté glacée de ces paysages figés. Un magnifique couché de soleil surplombant les montagnes givrées, un iceberg en forme de cœur ou encore une eau bleu profond. L’antarctique a tant de mystères et de choses à nous apprendre sur notre environnement, son esthétisme n’est qu’un bonus. Avantage qui permet bien souvent à l’agence américaine de faire la lumière sur le réchauffement climatique ou sur la situation alarmante de la banquise.