Accueil / CES 2019 / [CES 2015] L’Alcatel OneTouch Watch

[CES 2015] L’Alcatel OneTouch Watch

Une rivale pour les Android Wear : l’Alcatel OneTouch Watch. La montre connectée de chez Alcatel semble posséder bien des avantages, mais pour en savoir plus ça se passe au CES 2015.

Quelle meilleure occasion que le CES 2015 pour Alcatel pour dévoiler sa montre connectée ? L’annonce datait d’octobre dernier mais c’est finalement à Las Vegas que l’Alcatel OneTouch Watch est officialisée.

Comment ça marche ?

Pour utiliser l’Alcatel OneTouch Watch, vous l’appairez avec votre smartphone grâce au Bluetooth 4.0 et à la technologie NFC – technologie de communication en champ proche. – Elle vous servira, comme les autres montres connectées à visualiser vos notifications directement sur votre poignet.

L’Alcatel OneTouch Watch dispose, en apparence, d’un fort avantage : elle est compatible Android et iOS (Apple). Peu importe votre smartphone, Alcatel vous offre ses services. Mais ce n’est pas aussi simple que cela puisqu’Apple garde le contrôle de son système et sur les notifications. La montre aura donc moins de fonctionnalités connectée avec un portable sous iOS.

Les fonctionnalités

En plus des notifications classiques, la montre propose des relevés d’activités avec un accéléromètre, un traqueur d’activité, un capteur de fréquence cardiaque, un GPS, une boussole électronique et un altimètre. Mais aussi une fonction permettant de déclencher l’appareil photo à distance, comme une télécommande sur les appareils photos. Maintenant de plus en plus courant, un système anti perte est intégré.

D’autres informations

Le cadran rond est de 240×204 pixels. Le bracelet mesure 20 mm de large et ne pourra pas être changé. Pour recharger la montre, un embout USB est placé au bout du bracelet. Le boitier est composé d’aluminium, et pour les plus connaisseurs, intègre un processeur STM429 et une batterie de 210 mAh.

L’Alcatel OneTouch Watch sera commercialisée en mars prochain (2015) pour 129€. Elle sera disponible en 4 coloris : volcano black (noir), dark red (rouge), white chrome (blanc) et gris métal (gris). Notons qu’elle est résistante à l’eau.

source : lesnumeriques.com

La NASA a trouvé un iceberg parfaitement rectiligne La NASA a publié le 17 octobre, sur son compte Twitter, une photo plutôt surprenante : un iceberg aux lignes droites et rectiligne. Lorsqu’il s’est détaché de la banquise, l’iceberg s’est transformé en rectangle parfait. Pas commun. Des angles droits et une surface bien lisse. Les scientifiques de la NASA sur place, n’en sont pas revenus. Ils ont l’habitude de voir des icebergs tabulaires mais jamais de lignes aussi droite. L’effet wow ne s’est pas fait attendre, et très vite l’image postée par le compte NASA ICE a créé l’engouement. Iceberg carré L’homme n’y est pour rien pour une fois, la banquise a fait son travail, lorsqu’elle devient trop lourde un peu comme un ongle qui serait trop long, elle casse et forme ces icebergs. Rassurez-vous l’agence américaine n’était pas sur place pour organiser une immense chasse aux icebergs qui ressemble à des parallélépipèdes rectangles. Comme quoi le hasard fait parfois bien les choses. Objectif initial de la mission : recenser en image l’Antarctique afin de mieux comprendre comment le réchauffement climatique affecte la banquise et comment la glace évolue. C’est à quelques kilomètres de la barrière Larsen que cet iceberg étrangement parfait est apparu. Selon les scientifiques, il a sûrement dû se détacher de la banquise, appelé Larsen C. Bien sûr nous ne pouvons pas connaître exactement sa taille même si la scientifique spécialiste de la banquise Kelly Brunt pense qu’il doit au moins mesuré 1km de long. Elle ajoute qu’il ne faut pas oublier qu’il ne s’agit ici que de la partie immergée de l’iceberg. Ces belles lignes blanches et rectilignes ne représentent donc que 10% de l’iceberg. Mais au vu de tels angles droit, la césure avec la banquise a dû se faire très récemment. Des paysages qui nous fascinent Ce n’est pas la première fois que la NASA nous surprend et nous émerveille devant la beauté glacée de ces paysages figés. Un magnifique couché de soleil surplombant les montagnes givrées, un iceberg en forme de cœur ou encore une eau bleu profond. L’antarctique a tant de mystères et de choses à nous apprendre sur notre environnement, son esthétisme n’est qu’un bonus. Avantage qui permet bien souvent à l’agence américaine de faire la lumière sur le réchauffement climatique ou sur la situation alarmante de la banquise.