Accueil / Multimédia / La Carbon M1 imprimera plus vite que son ombre

La Carbon M1 imprimera plus vite que son ombre

Imprimante 3D Carbon

La société américaine Carbon a recueilli 140 millions de dollars en trois ans pour développer son imprimante 3D ultra rapide.

Dans un laboratoire brillant à Redwood City en Californie se cache Carbon, première entreprise dans l’industrie d’impression 3D qui offrira bientôt une alternative rapide et sérieuse aux moules d’injection classiques. L’utilisation de nouveaux matériaux permet à l’imprimante de Carbon, la M1, de déclencher une lumière UV sur ses résines sirupeuses pour produire des prototypes et des pièces de production qui peuvent être plus élastiques, rigides, dures, ou plus résistantes à la chaleur que les produits concurrents, et ce ajouté à une vitesse d’impression que la concurrence ne peut égaler. Cofondateur et chef de la direction, Joseph DeSimone devient un peu fleuri lorsque des prototypes de prothèses de genoux sortent de la machine. ” Nous n’imprimons pas», dit-il. “Nous grandissons.”

Imprimante 3D Carbon

Carbon a recueilli plus de 140 millions de dollars de financement. Au lieu de cibler les amateurs à la maison comme Makerbot Industries et Formlabs l’ont fait, la compagnie américaine a fait équipe avec 15 grands clients payants, y compris Johnson & Johnson, Ford, BMW, et Eastman Kodak. Ses prototypes n’ont pas démontré leur durabilité, mais les premiers clients affirment être satisfaits des dispositifs médicaux, les pièces automobiles et autres équipements qu’ils ont imprimés avec les machines Carbon.

Imprimante 3D Carbon M1

La société affirme que son approche est jusqu’à 100 fois plus rapide que celle utilisée par les concurrents, en fonction de la complexité de l’objet. Pour DeSimone, le logiciel a beaucoup à voir avec cela. Chaque jour, chaque imprimante de Carbon génère 1 million de points de données, repérant précisément les zaps de la lumière UV, le mouvement de l’objet imprimé, le taux d’impression, et ainsi de suite.

Carbon s’attaquera à des secteurs différents

Jason Lopes est l’ingénieur en chef au studio d’effets spéciaux Legacy Effects, qui utilise 11 différents types d’imprimantes 3D. “Par défaut, je vais me diriger vers la machine Carbon en premier” dit-il. En trois heures, la M1 de Carbon va produire des accessoires de cinéma que d’autres machines prennent plus de quatre fois plus de temps à créer ! L’avantage de Carbon est la diversité de ses plastiques, qui permettent à certaines industries, telles que l’automobile, de faire une plus large gamme de modèles et de prototypes à partir d’une seule imprimante.

Imprimante 3D Carbon M1

DeSimone et Alex Ermoshkin , cofondateur et directeur de la technologie de Carbon, ont commencé à développer leur technologie d’impression en 2013. DeSimone est professeur de chimie à l’Université d’État de Caroline du Nord et de l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill, où lui et Ermoshkin ont travaillés ensemble. Ils ont alors remarqué que la plupart des entreprises 3D essayaient d’imprimer des éléments une couche à la fois et ont fait le pari qu’ils pourraient améliorer le processus avec une technique de construction continue. Cette année, Ermoshkin construit le premier prototype d’imprimante avec son fils adolescent. À la fin de l’année 2013, Sequoia a conduit la première étape de financement de la compagnie, totalisant 11 millions de dollars.

Jim Goetz, membre du partenaire Sequoia, déclare que les cofondateurs ont fait en sorte que tous les soucis que les premiers prototypes de Carbon ont connu ne seraient pas gênants pour la production commerciale. Le prochain défi sera d’obtenir un groupe de clients plus large pour le financement.

Carbon M1 imprimante 3D

Les analystes du secteur avertissent que Carbon doit encore prouver que ses plastiques légers forgés sont assez solides. Les propriétés des matières plastiques “ont tendance à se dégrader au fil du temps , ce qui explique pourquoi elles ne sont pas utilisées pour la fabrication de la plupart des produits qui utilisent le plastique», explique Terry Wohlers, président du cabinet de conseil Wohlers Associates. La méthode d’impression de Carbon pourrait nuire à la stabilité et la solidité de ses produits finaux, dit Joe Kempton, analyste chez Canalys.

Imprimante Carbon 3D M1

Jason Rolland, vice-président de Carbon pour les matériaux, affirme que la compagnie exécute des tests standards, et que ses matériaux “ont bonne mine pour au moins six mois.” DeSimone dit que ces processus uniques aident, en particulier la façon dont Carbon mixe ses plastiques à partir de composants distincts, juste avant l’impression. Cela les rend plus fort, dit-il, parce qu’ils finissent par être liés ensemble après avoir été frappés par la lumière UV.

Le marché des imprimantes 3D est déjà en plein essor aujourd’hui, mais nul doute que la M1 de Carbon va révolutionner le milieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *