Accueil / CES 2019 / CES 2017 : Bose veut rendre les voitures autonomes plus confortables

CES 2017 : Bose veut rendre les voitures autonomes plus confortables

bose ride voiture autonome

Au CES 2017, il y a des produits étranges dont on peine parfois à comprendre à quoi ils vont servir ou comment ils ont été imaginés. Et puis il y a les entreprises qui présentent des concepts surprenants. Surprenants parce que ce n’est pas lié à l’image générale de la marque. C’est le cas de Bose. Spécialiste des produits audios, on associe surtout son nom aux casques de très haute qualité (et aux prix très élevés) ou aux enceintes sans fil. Mais cette année, la marque présente “Ride”, un siège prévu pour isoler les passagers d’une voiture autonome des vibrations de la route, des tremblements et des mouvements indésirables.

bose ride voiture autonome ces 2017

Une technologie inspirée des casques

Qui dit voiture autonome, dit mains libres. En théorie. Si  à l’heure actuelle, le conducteur doit encore garder les mains sur le volant pour des raisons de sécurité, le futur vers lequel nous nous dirigeons semble déjà tracé. La voiture qui nous emmène au travail pendant que nous lirons le journal, regarderons un film… Pour cette raison, la plupart des constructeurs optent pour intégrer des systèmes de divertissement de plus en plus évolués dans les véhicules. Mais, quid du confort ? De l’état des routes qui peuvent perturber notre trajet ?

C’est à ce défi que s’attaque Bose avec “Ride”. Un siège équipé de plusieurs axes permettant de réduire les vibrations. En analysant les vibrations de la route, le siège s’adapte en fournissant quasiment en temps réel le mouvement inverse pour assurer un maximum de stabilité au passager. Une technologie très proche de celle de con casque QC35, les vibrations de la route remplaçant celles de l’air.

bose ride voiture autonome ces 2017

Une stratégie lancée en 1980 par Bose

Si voir Bose sur ce créneau peut sembler surprenant, c’est en fait un projet de très longue date qui est aujourd’hui appliqué aux voitures autonomes. Dès les années 80, son fondateur Amar Bose, docteur en génie électrique, diplômé et enseignant au M.I.T., avait initié la mise au point d’un système de suspension automobile. Une technologie qui a été dans un premier temps appliquée aux poids lourds. Elle leur est proposée depuis 2010, sur les véhicules Freightliner et Volvo. Cette solution permet aux routiers qui circulent souvent pendant de longues heures de réduire la fatigue musculaire et les traumatismes qui en découlent.

Il n’y a bien entendu pas de date de commercialisation pour le concept de Bose puisqu’il est avant tout destiné aux constructeurs et pas au grand public. Il faudra sans doute attendre quelques années avant de voir cette technologie plutôt envahissante en terme d’espace arriver dans les véhicules. A plus forte raison alors que la majorité des constructeurs présentent des véhicules de dimension limitée Le temps qu’elle soit miniaturisée et puisse convaincre les constructeurs automobiles. La marque a aussi indiqué s’intéresser au marché des vans et petits camions. Son nouveau concept, plus petit que celui pour poids lourds, y serait plus adapté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La NASA a trouvé un iceberg parfaitement rectiligne La NASA a publié le 17 octobre, sur son compte Twitter, une photo plutôt surprenante : un iceberg aux lignes droites et rectiligne. Lorsqu’il s’est détaché de la banquise, l’iceberg s’est transformé en rectangle parfait. Pas commun. Des angles droits et une surface bien lisse. Les scientifiques de la NASA sur place, n’en sont pas revenus. Ils ont l’habitude de voir des icebergs tabulaires mais jamais de lignes aussi droite. L’effet wow ne s’est pas fait attendre, et très vite l’image postée par le compte NASA ICE a créé l’engouement. Iceberg carré L’homme n’y est pour rien pour une fois, la banquise a fait son travail, lorsqu’elle devient trop lourde un peu comme un ongle qui serait trop long, elle casse et forme ces icebergs. Rassurez-vous l’agence américaine n’était pas sur place pour organiser une immense chasse aux icebergs qui ressemble à des parallélépipèdes rectangles. Comme quoi le hasard fait parfois bien les choses. Objectif initial de la mission : recenser en image l’Antarctique afin de mieux comprendre comment le réchauffement climatique affecte la banquise et comment la glace évolue. C’est à quelques kilomètres de la barrière Larsen que cet iceberg étrangement parfait est apparu. Selon les scientifiques, il a sûrement dû se détacher de la banquise, appelé Larsen C. Bien sûr nous ne pouvons pas connaître exactement sa taille même si la scientifique spécialiste de la banquise Kelly Brunt pense qu’il doit au moins mesuré 1km de long. Elle ajoute qu’il ne faut pas oublier qu’il ne s’agit ici que de la partie immergée de l’iceberg. Ces belles lignes blanches et rectilignes ne représentent donc que 10% de l’iceberg. Mais au vu de tels angles droit, la césure avec la banquise a dû se faire très récemment. Des paysages qui nous fascinent Ce n’est pas la première fois que la NASA nous surprend et nous émerveille devant la beauté glacée de ces paysages figés. Un magnifique couché de soleil surplombant les montagnes givrées, un iceberg en forme de cœur ou encore une eau bleu profond. L’antarctique a tant de mystères et de choses à nous apprendre sur notre environnement, son esthétisme n’est qu’un bonus. Avantage qui permet bien souvent à l’agence américaine de faire la lumière sur le réchauffement climatique ou sur la situation alarmante de la banquise.