Accueil / CES 2018 / Bosch fait le ménage dans les voitures connectées

Bosch fait le ménage dans les voitures connectées

ordinateur de bord intelligent

CES 2018 – La société allemande Bosch veut révolutionner le monde de la voiture connectée. Elle rentre en guerre contre l’abondance de boutons et voyant qui peut distraire le conducteur. L’inattention au volant est l’une des principales causes d’accident au volant.

Fini les tableaux de bord de voiture connectée qui ressemble à des cockpits. Bosch a décidé de chasser les boutons pour tout centraliser. Depuis quelques années on voit apparaître des technologies qui détourne le regard, comme des écrans tactiles ou même la reconnaissance de caractères. Bosch présente ainsi une technologie permettant de laisser le conducteur concentré sur la route, sans détourner l’attention. On retrouve aussi d’autres voitures connectée possédant certaines des fonctionnalisés.

tableau de bord tactile

Steffen Berns, le Président du Comité́ de direction de Bosch Car MultiMedia souhaite : « faire le ménage à bord des voitures connectées. Plus la technologie est complexe à bord des véhicules modernes, plus les commandes doivent être simples et intuitives. » Bosch développe donc l’intelligence artificielle pour simplifier l’interaction entre l’Homme et la machine (IHM). À cela s’ajoute la connaissance de Bosch en matière de conduite automatisée.

L’intelligence artificielle au profit de la sécurité des voiture connectée

L’entreprise allemande à créer sa propre intelligence artificielle, appelée Casey. Le conducteur de la voiture connectée peut ainsi communiquer avec l’assistante comme avec un autre passager. Cela lui permet d’apprendre les habitudes du conducteur pour prédire des destinations favorites par exemple. Par exemple si le chauffeur a pour habitude d’écouter les informations le matin et le soir en rentrant de la musique, Casey anticipera les manipulations du conducteur.

L’affichage numérique simplifie la conduite

Cette méthode d’affichage permet au conducteur d’avoir toutes les informations nécessaires dans son champ de vision. Cela lui évite de détourner le regard pour obtenir une information sur sa conduite. Sachant que 90% des besoins pour conduire nécessitent la vue, une distraction peut entraîner un accident. Bosch permet ainsi sur ses affichages de donner des informations comme l’état de la route et la présence de verglas, afin d’informer en temps réel le conducteur des dangers potentiels.

Bosch ordinateur central voiture

Pour supprimer les écrans tactiles, qui obligent le conducteur à tourner la tête, des dispositifs haptiques sont développés. Le principe est basique : contrôler des fonctions de son véhicule sans toucher à un seul bouton. Des mouvements avec les mains sont simplement requis. Cette technologie peut sauver des vies, car à 50 km/h, deux secondes d’inattention suffisent à parcourir 30 mètres. Selon Steffen Berns : « Les affichages à retour haptique vont se généraliser à bord des voitures. Ils permettent par exemple une utilisation plus rapide, plus simple et surtout plus sure de la radio ou du téléphone. »

Bosch centralise la puissance du tableau de bord de la voiture connectée

Aujourd’hui, il existe déjà beaucoup d’outils permettant de rendre la conduite plus sure, comme les commandes vocales, les systèmes d’info loisirs ou autres affichages. Mais tous nécessitent une certaine puissance, mais sont souvent séparés en diffèrent modules. Bosch souhaite les réunir pour permettre de réunir la puissance de calcul.

Bosch coordonnera à l’avenir tous les différents systèmes, afin de créer un ordinateur de bord centralisé. Cela permettra, dans un premier temps de réduire l’espace de chaque appareil.  Dans un deuxième temps, réduire la durée de construction des véhicules, car toutes les fonctions seront intégrées uniquement par Bosch.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La NASA a trouvé un iceberg parfaitement rectiligne La NASA a publié le 17 octobre, sur son compte Twitter, une photo plutôt surprenante : un iceberg aux lignes droites et rectiligne. Lorsqu’il s’est détaché de la banquise, l’iceberg s’est transformé en rectangle parfait. Pas commun. Des angles droits et une surface bien lisse. Les scientifiques de la NASA sur place, n’en sont pas revenus. Ils ont l’habitude de voir des icebergs tabulaires mais jamais de lignes aussi droite. L’effet wow ne s’est pas fait attendre, et très vite l’image postée par le compte NASA ICE a créé l’engouement. Iceberg carré L’homme n’y est pour rien pour une fois, la banquise a fait son travail, lorsqu’elle devient trop lourde un peu comme un ongle qui serait trop long, elle casse et forme ces icebergs. Rassurez-vous l’agence américaine n’était pas sur place pour organiser une immense chasse aux icebergs qui ressemble à des parallélépipèdes rectangles. Comme quoi le hasard fait parfois bien les choses. Objectif initial de la mission : recenser en image l’Antarctique afin de mieux comprendre comment le réchauffement climatique affecte la banquise et comment la glace évolue. C’est à quelques kilomètres de la barrière Larsen que cet iceberg étrangement parfait est apparu. Selon les scientifiques, il a sûrement dû se détacher de la banquise, appelé Larsen C. Bien sûr nous ne pouvons pas connaître exactement sa taille même si la scientifique spécialiste de la banquise Kelly Brunt pense qu’il doit au moins mesuré 1km de long. Elle ajoute qu’il ne faut pas oublier qu’il ne s’agit ici que de la partie immergée de l’iceberg. Ces belles lignes blanches et rectilignes ne représentent donc que 10% de l’iceberg. Mais au vu de tels angles droit, la césure avec la banquise a dû se faire très récemment. Des paysages qui nous fascinent Ce n’est pas la première fois que la NASA nous surprend et nous émerveille devant la beauté glacée de ces paysages figés. Un magnifique couché de soleil surplombant les montagnes givrées, un iceberg en forme de cœur ou encore une eau bleu profond. L’antarctique a tant de mystères et de choses à nous apprendre sur notre environnement, son esthétisme n’est qu’un bonus. Avantage qui permet bien souvent à l’agence américaine de faire la lumière sur le réchauffement climatique ou sur la situation alarmante de la banquise.