[TEST] Skullcandy Crusher Wireless : Doux à l’extérieur, (trop ?) puissant à l’intérieur

[TEST] Skullcandy Crusher Wireless : Doux à l’extérieur, (trop ?) puissant à l’intérieur

Vous aimez les grosses basses qui tâchent, mais vous ne trouvez pas coussinet à vos oreilles ? Le SkullCandy Crusher Wireless souhaite vous faire ressentir votre musique avec son Crusher Wireless, un casque Bluetooth disposant d’un système de retour haptique, typé bass reflex. Pari réussi ? La réponse dans ce test.

Marque : Skullcandy

Catégorie : Casque sans fil

Connexion : Bluetooth/filaire cordon de 1,2 m

Compatibilité : Tous les appareils Bluetooth

Autonomie : 40 heures

Impédance : 32 Ohms

Poids : 290 grammes

Prix : 149 €

Disponibilité : disponible

Testé avec : Honor 5C / Samsung Galaxy S6

Acheter le Skullcandy Crusher Wireless :

Unboxing du SkullCandy Crusher Wireless

La boîte d’un produit peut nous dire beaucoup sur sa qualité. Ici, le SkullCandy Crusher Wireless est rangé dans un écrin tout de noir vêtu. Le carton glacé s’avère assez épais, ce qui vous assure une protection optimale lors du transport. Une fois le blister retiré, point de ciseaux ou de couteau à sortir du tiroir, c’est un aimant qui ferme la boîte. En l’ouvrant, on peut lire à l’intérieur : « Bass you can feel », le slogan de ce produit connecté.

Le rangement est parfait. Ici, vous n’avez pas à ouvrir des compartiments inutilisables par la suite. Le SkullCandy Crusher Wireless est rangé dans sa housse. Deux petites boîtes renferment la notice et la garantie (pour la plus fine), et le câble de recharge micro USB et le câble jack 3,5 mm, de 1,2 m de longueur, sur lequel figure un bouton et un microphone (pour la plus grosse).

Il est temps de sortir le casque de sa housse. Première remarque à noter, cette dernière change de l’habituel simili cuir. En effet, celle-ci fabriqué en une matière synthétique imperméable à l’extérieur contient une fibre douce à l’intérieur. Voilà une très bonne idée, le SkullCandy Crusher Wireless ne se rayera pas pendant vos déplacements. De plus, deux petites pochettes sont prévues pour contenir les câbles.

L’unboxing s’est passé sans accroc et en un temps record.

Design et ergonomie du SkullCandy Crusher Wireless

Le SkullCandy Crusher Wireless en test s’habille d’une robe noire matte intégrale, mais il existe aussi une version blanche avec les coussinets en cuir beige. D’entrée, le casque est plié sur lui même. Une fois déployé, il est compact, mais assez volumineux. Les matériaux utilisés respirent la qualité. L’arceau dispose d’une bande de simili cuir sur le dessus et un « amortisseur » en caoutchouc protège votre tête. La partie ajustable cache une épaisse pièce métallique de chaque côté. Les câbles apparents sont enfermés dans de solides gaines. À la base des côtés droits et gauches, vous retrouvez le fameux logo de la marque en gris qui pointe vers les passants.

Les coussinets en similicuir inspirent le confort au vu de leur largeur. La coque externe en plastique semble solide, mais a la fâcheuse tendance à marquer les traces de doigts. En revanche, toutes les commandes sont disponibles à portée de main. À gauche, vous contrôlez le volume des basses et à droite, le son en général, le fait d’allumer et d’éteindre le casque. Enfin en dessous de l’oreillette gauche, vous pouvez brancher le câble micro USB pour la recharge et le câble pour l’écoute filaire.

Ce dernier a un embout rouge pour indiquer la manière de le brancher. Cela casse malheureusement l’esthétique générale, jusqu’ici réussie. Les matériaux utilisés et la présence de deux drivers dans chaque oreille le rendent assez lourd. Le SkullCandy Crusher Wireless compense ce défaut par une bonne tenue sur la tête, sans l’écraser. Vous pouvez même courir en le portant, nous avons fait le test en allant prendre le métro. Le confort est indubitablement au rendez-vous.

Utilisation du SkullCandy Crusher Wireless

Il nous faut maintenant connecter en Bluetooth le casque de la marque à la tête de mort. Au premier démarrage, nos instincts de testeurs reviennent au galop et nous appuyons pendant 3 bonnes secondes sur le bouton situé entre le + et le -. Rien ne se passe. Perdu ! Ici, il faut précisément appuyer 5 secondes et retirer son doigt du bouton au risque d’éteindre l’appareil. Après deux tentatives, nous voilà connectés au smartphone. En appuyant sur le bouton + nous passons d’une chanson à l’autre, le – permet de revenir en arrière.

test skullcandy crusher wireless design ergonomiecasque bluetooth connecté

Une pression de 3 secondes sur le cercle centrale enclenche ou désactive la lecture. De même quand vous recevez un appel, il suffit d’une seconde pour répondre à votre interlocuteur. Dans ce cas, le microphone fonctionne correctement en environnement calme. Il aura tendance à capter ce qui se passe autour de vous. Pour le test, notre interlocuteur a été en mesure de reconnaître l’accent irlandais d’un passant, mais avait du mal à nous entendre dans cette gare bondée.

En mode filaire, la commande vocale enclenche l’assistant vocal du smartphone. Problème, impossible de contrôler le volume du casque dans cette configuration.

test skullcandy crusher wireless design ergonomie vue d'ensemble

Autre problème, le SkullCandy Crusher Wireless propose une isolation passive due à sa structure fermée. Cette dernière n’est vraiment pas idéale en environnement bruyant. Vous entendez facilement les discussions autour de vous. Cependant, un autre facteur vous protège des sons extérieurs … Le son du casque lui-même.

Son du SkullCandy Crusher Wireless

En effet, le SkullCandy Crusher Wireless arrive sur le marché avec une intention louable. L’objectif est d’immerger l’utilisateur, amateur de grosses basses, dans ses contenus préférés. Pour cela, il dispose de deux drivers indépendants réglables avec la molette présente sur l’oreillette gauche.

Seulement dans la réalité, le résultat est mitigé. De l’aveu de notre rédacteur en chef, les cinq premières minutes d’écoute “sont folles”. En poussant le curseur ne serait-ce qu’au quart de ses possibilités, les basses vrombissent dans tout le casque. Le ressenti physique, c’est-à-dire le retour haptique fonctionne effectivement. Les morceaux forts en basse comme le rap, le hard rock, le dub, l’électro prennent une toute autre tournure. Les films se réveillent violemment et la moindre explosion surprend le porteur.

test skullcandy crusher wireless design ergonomie vue droite

Malheureusement, cela se fait au prix d’une distorsion impressionnante. Il faut dire que le curseur contrôlant les moteurs n’est pas bien précis. Le volume monte bien trop haut pour des oreilles humainement constituées. Monter le son du SkullCandy Crusher Wireless “à fond” pourrait rapidement vous coûter quelques points d’audition. De plus, la structure du casque vibre énormément, résonne même. Il suffit de couper le son ou de cogner l’arceau pour se rendre compte de la présence d’un bruit désagréable. Comme l’expliquent très bien nos confrères des Numériques, il s’agit des moteurs produisant les basses qui provoquent ce défaut. Ils ne sont tout simplement pas attachés au châssis.

Suivant Précédent

test skullcandy crusher wireless officielle noir

test skullcandy crusher wireless officielle blanc beige

skullcandy crusher wireless test casque connecté bluetooth officielle

Suivant Précédent

Pourtant, une fois le retour haptique désactivé, le son du casque a peu de défauts. Le tout est équilibré et les basses sont suffisantes pour la plupart des styles musicaux. À condition d’utiliser la connexion en Bluetooth. Encore une fois, le filaire réduit les capacités de l’appareil.

En revanche, le Crusher Wireless deuxième génération est un champion d’autonomie. Rien à redire, même en jouant avec le volume tout au long du test, il nous a fallu plus de 40 heures d’écoute pour entendre le fameux “battery low”. Le contrat est ici largement respecté.

Le Skullcandy Crusher Wireless face à la concurrence

Difficile de comparer le SkullCandy Crusher Wireless aux concurrents puisque sa proposition est unique sur le marché. Mais comme il ne respecte pas totalement son contrat marketing, nous pouvons le comparer à un casque que nous avons sous la main.

backbeat pro

Son design, tout de même imposant, le destine majoritairement à un public masculin. Tout comme le Plantronics BackBeat Pro. Ce dernier vendu un peu moins de 200 euros à son lancement se trouve maintenant au même prix que le SkullCandy Crusher Wireless. En comparaison, ce dernier dispose de coussinets plus agréables, d’une ergonomie mieux pensée et d’une connectivité supérieure, grâce au NFC. Pratique pour se connecter en quelques secondes. Le son plus équilibré du BackBeat Pro l’avantage dans ce comparatif. Si ce critère est important pour vous, le Marshall Mid peut également vous convenir dans un format plus léger. Le test de ce modèle arrive prochainement sur notre site.

marshall

Conclusion :

Points Positifs

  • Confortable
  • Solide
  • Son équilibré sans les basses haptiques
  • Une autonomie digne d’un coureur de fond

Points Négatifs

  • Pas pour toutes les têtes
  • Petits accrocs du Bluetooth
  • Retour haptique impressionnant … de distorsion
  • Conception qui résonne
Design et ergonomie
12out of 5
Fonctionnalités
11out of 5
Utilisation/Prise en main
12out of 5
Rapport qualité/ Prix
12.5out of 5

Conclusion

Design et finitions : Le design est imposant sans être massif et la finition mate craint les traces de doigt. En revanche, le confort est au rendez-vous pour la plupart des crânes.
Fonctionnalités : La fonctionnalité de retour haptique unique en son genre ne remplit pas totalement le contrat de départ. La faute à une distorsion bien trop prononcée. Si l'on désactive le bass reflex le son du casque s'avère équilibré, agréable à écouter.
Utilisation/prise en main : Un petit temps d'adaptation est requis pour se connecter en Bluetooth. Les boutons sont bien placés, nous regrettons seulement l'imprécision du curseur dédié aux basses.
Rapport qualité/prix : Le SkullCandy Crusher Wireless ne remplit pas totalement son contrat marketing. Les basses haptiques sont amusantes dans un premier temps, mais ce n'est pas la force du produit. En revanche, sa solidité, son confort et le son équilibré justifient en grande partie le prix de lancement à 150 euros. Vous pouvez d'ores et déjà le trouver à un tarif plus attractif sur certaines boutiques en ligne.

3.04

3.04 out of 5
Moyenne
[TEST] Skullcandy Crusher Wireless : Doux à l’extérieur, (trop ?) puissant à l’intérieur
on
Design et finitions : Le design est imposant sans être massif et la finition mate craint les traces de doigt. En revanche, le confort est au rendez-vous pour la plupart des crânes.
Fonctionnalités : La fonctionnalité de retour haptique unique en son genre ne remplit pas totalement le contrat de départ. La faute à une distorsion bien trop prononcée. Si l'on désactive le bass reflex le son du casque s'avère équilibré, agréable à écouter.
Utilisation/prise en main : Un petit temps d'adaptation est requis pour se connecter en Bluetooth. Les boutons sont bien placés, nous regrettons seulement l'imprécision du curseur dédié aux basses.
Rapport qualité/prix : Le SkullCandy Crusher Wireless ne remplit pas totalement son contrat marketing. Les basses haptiques sont amusantes dans un premier temps, mais ce n'est pas la force du produit. En revanche, sa solidité, son confort et le son équilibré justifient en grande partie le prix de lancement à 150 euros. Vous pouvez d'ores et déjà le trouver à un tarif plus attractif sur certaines boutiques en ligne.

Rating: 3


Lire les articles précédents :
baby-foot connecté
Découvrez les merveilles du baby-foot connecté !

Baby-foot connecté ? On imagine déjà le froncement de sourcils des passionnés et des puristes. Comment...

Fermer