Accueil / Santé connectée / Royaume-Uni : premier oeil bionique implanté !

Royaume-Uni : premier oeil bionique implanté !

dmla medecine sante ray flynn

Une grande première au Royaume-Uni. Le premier oeil bionique, destiné à venir aux aide aux personnes souffrant de Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge (DMLA) a été implanté chez un homme de 80 ans. Une réussite et un énorme pas en avant ! 

L’opération a été effectuée au Manchester Royal Hospital, sur Ray Flynn, un anglais de 80 ans souffrant, de DMLA, la cause la plus commune de perte de vision chez un individu adulte. Avant l’opération, le patient ne possédait plus de vision centrale. À présent, le dispositif implanté, lui permet d’en avoir une à basse résolution. Cette maladie dégénérative de la rétine, à l’évolution chronique, débute après 50 ans. Elle touche la région maculaire, qui est la zone centrale de la rétine, conduisant à une perte progressive de la vision centrale, sur laquelle se forme l’image d’un objet lorsque nous le regardons. Il existe deux formes de DMLA :

La DMLA « sèche » aussi appelée atrophique, qui est la forme la plus répandue de la maladie. Elle se développe lentement vers une baisse très importante de la qualité visuelle. Aucun traitement n’existe aujourd’hui pour la soigner.

– L’autre forme est la DMLA « humide », ou exsudative. Dans ce cas-ci, de nouveaux vaisseaux, appelés « néovaisseaux », se forment plus ou moins rapidement sous la rétine, ayant pour conséquence de gêner la vision. Des solutions thérapeutiques existent pour cette forme de dégénérescence.

dmla médecine

L’évolution de Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge varie, pouvant prendre quelques semaines comme des années. Le résultat est néanmoins le même, à terme, les personnes touchées ne reconnaissent plus un visage, ne peuvent plus lire un livre, ou encore se servir d’un ordinateur. En Angleterre, près de 500 000 personnes souffrent de cette maladie, et aux États-Unis, les chiffrent indiquent entre 2 et 3 millions.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la population mondiale âgée de 60 ans et plus devrait atteindre 2 milliards d’ici 2050. Ces chiffrent laissent présager une augmentation des personnes atteintes de DMLA. D’où l’intérêt de s’intéresser de près aux nouvelles technologies et à l’Argus II, une prothèse rétinienne conçue par Second Sight.

dmla

Le dispositif est en deux parties : un implant interne, et un équipement externe que le patient doit porter. L’implant est composé d’un réseau d’électrodes, qui est intégré dans la rétine, une batterie, et une antenne sans fil. Du point de vue extérieur, une paire de lunettes, celles que porte à présent Ray Flynn, équipées devant d’une caméra et d’un émetteur radio, ainsi qu’une unité de traitement vidéo à accrocher à la ceinture.

argus 2 dmla

La caméra enregistre une scène qui se déroule devant la personne et envoie un petit signal électrique à l’unité de traitement vidéo. Il est ensuite reconduit vers les lunettes, où l’émetteur le relaie jusqu’à l’antenne sans fil. Ce circuit va permettre de finalement « sortir » la vidéo sur le réseau d’électrodes qui se charge de stimuler le nerf optique. L’implanté va ainsi être en mesure de suivre les mouvements devant des objets devant lui, voir des formes simples, ou lire de gros caractères. Pour l’instant, Argus II fournit une vision monochrome, des chercheurs travaillent actuellement sur cet aspect du dispositif afin de permettre au cerveau de percevoir la couleur.

La prothèse n’est pas nouvelle. Elle était surtout utilisée pour traiter les rétinites pigmentaires, une autre cause de perte de la vision. Néanmoins, son utilisation sur une personne atteinte de Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge est une première mondiale.

Source

A propos de Elisa P