Accueil / Internet des Objets / Quantified self : maître de son corps mais comment gérer ses données ?

Quantified self : maître de son corps mais comment gérer ses données ?

Le quantified self est la nouvelle tendance connectée. Elle consiste à calculer toutes ses données personnelles dans un but médicinal. Le bracelet, la bouteille d’eau ou encore la balance connectée vous indique le nombre de calories brûlées, la distance parcourue ou encore le rythme cardiaque. Mais cette véritable obsession du contrôle sur le corps ne serait pas sans conséquences éthiques et juridiques comme s’en inquiète la CNIL ( commission nationale de l’informatique et des libertés ). Point rapide et simple sur le phénomène du quantified self.

Un phénomène de mode

quantified-self_

A l’heure actuelle l’innovation nous surprend chaque jour et nous en sommes heureux. La technologie envahie notre quotidien car nous l’acceptons et qu’elle nous facilite la vie. D’après une étude du cabinet Morgan Stanley, en 2020 nous serions près de 75 millions à travers le monde à être adeptes des objets connectés. Dans le monde connecté il existe de multiples produits aux fonctionnalités diverses et variées : montres, poussette, réveil, miroir et même chaussettes, bientôt tous les objets de notre quotidien seront connectés. Mais ceux qui sont les plus tendances, qui se déclinent sous toutes les formes ce sont les objets connectés en rapport avec la santé et plus spécifiquement appartenant au quantified self.

A défaut d’être maître de notre destin, soyons maître de notre corps

Ces objets connectés sont tous orientés vers un calcul optimal de nos données personnelles. L’objectif étant d’en apprendre davantage sur notre corps afin de le protéger et d’en prendre soin. L’avantage un tel système c’est qu’il peut prendre plusieurs formes et s’adapter à tous vos besoins. Ainsi la montre connectée vous indique la distance parcourue, les calories brûlées et vous donne également l’heure, idéal pour un footing. Si vous souffrez de maux de dos la ceinture connectée vous signale en cas de mauvaise posture. Vous ne buvez pas assez ? La bouteille connectée vous rappelle de boire et vous indique la quantité d’eau bu dans la journée. Ceci est une liste non exhaustive car il en existe encore de nombreux. Le point commun entre tous c’est le stock de données. Elles sont toutes accessibles sur vos smartphones, vous pouvez vous créer un profil et les partager avec vos proches ou votre médecin. Des systèmes graphiques existent afin que vous preniez conscience visuellement de votre état de santé.

Ce répertoire géant de données personnelles inquiète la CNIL ( commission nationale de l’information et des libertés ) depuis plusieurs années. Lorsque vous vous rendez chez le médecin vous savez que vos données sont ultra confidentielles, le secret médical oblige le médecin à ne pas les divulguer en dehors de sa profession. Mais une fois que vous êtes votre propre analyste, savez vous réellement gérer vos données ?

La CNIL tire la sonnette d’alarme

Dans un rapport datant de 2012 la CNIL alerté déjà les utilisateurs des objets connectés en lien avec le quantified self. Certes ce dernier saluait le progrès et l’innovation de tel gadgets mais il recommandait d’en user avec raison et modération.

Les conseils de la CNIL

  • Garder son anonymat : utilisez un pseudonyme pour partager vos données
  • Limiter la diffusion de vos données à des sites en particulier ( évitez Facebook ou twitter par exemple )
  • Ne laissez pas de traces : effacer ou récupérer les données dans le cas où le site ou service est obsolète

En 2014 étant donné l’émergence des objets connectés la CNIL décide de remettre sur le sujet sur la table dans un nouveau cahier “ innovations et prospective “. Inquiet quant à l’utilisation des données personnelles sur Internet, la CNIL rappelle que ces données sont confidentielles. Il est difficile de déterminer une limite entre la vie privée et le caractère médical c’est certain, mais il faut être prudent quant à la diffusion de ses propres données. Des problèmes éthiques peuvent surgir : des sites internet peuvent utiliser et diffuser vos données, s’en servir pour cibler une clientèle etc … Les trois problèmes soulevés par la CNIL sont : le statut des données, leur centralisation et la sécurisation ainsi que leur caractère normatif. La commission européenne travaille elle aussi sur un livre vert de santé mobile.

Le quantified self séduit tous type d’utilisateurs par les fonctionnalités innovantes qu’il propose pour mieux connaître son corps. La CNIL rappelle que ces données sont personnelles, qu’elles ne concernent que vous et éventuellement des professionnels. Soyez prudents donc à ne pas diffuser à tout va des informations intimes, qui pourrez tomber dans les mains de personnes mal avisées.