Accueil / Internet des Objets / Une puce RFID implantée à des salariés belges

Une puce RFID implantée à des salariés belges

puce rfid

L’innovation de l’entreprise belge New Fusion fait du bruit. Elle propose à ses employés de remplacer leur badge d’accès par l’implantation d’une puce RFID sous-cutanée. Pour l’entreprise, une économie à long terme en terme de serrures et de clés. Pour la société ? Le choc face à un changement pourtant inéluctable. 

Une puce RFID encore optionnelle

Depuis le 3 février 2017, l’entreprise belge New Fusion, propose à ses employés de se faire implanter une puce RFID (Radio Frequency Identification) dans la paume de la main. 8 d’entre eux ont déjà accepté. Pour cette entreprise spécialisée dans la technologie et le marketing digital,  il s’agit avant tout de faire des économies. La puce permettra d’ouvrir les portes et d’allumer les ordinateurs sans mot de passe.

 

puce rfid

Mais les réactions ont été très nombreuses. Tout d’abord, le choix de faire implanter la puce par un tatoueur et non par un médecin interroge sur la question sanitaire. Les principales inquiétudes concernent toutefois la sécurité informatique. Il est vrai que l’on manque encore de recul sur cette technologie et donc que les risques existent. « La RFID offre peu de bénéfices en comparaison de ses effets sur la vie privée et la protection des données personnelles » souligne l’avocat et membre de la Ligue flamande des Droits de l’Homme, Raf Jespers.

Le futur  appartient-il à l’homme connecté ?

En soi, cette annonce n’est pas vraiment une surprise pour ceux qui suivent le sujet. Cela fait plusieurs années maintenant que cette tendance se dessine. Avec la multiplication des capteurs, l’arrivée massive des objets connectés dans le domaine de la santé, voir des hommes réellement augmentés n’est donc qu’une conséquence logique. On pourrait même s’interroger sur la raison d’un tel délai alors que les puces RFID ont vu le jour il y a plus de 50 ans.

puce rfid

Le cas de cette entreprise belge relève encore du simple gadget technologique. Parmi les cas emblématiques qui dessinent les futures tendances de l’homme connecté, il y a surtout James Young. Ce gameur passionné est doté d’une prothèse bionique incroyablement avancée depuis l’an dernier. Une innovation permise grâce au travail de Konami et d’une équipe d’ingénieurs. Totalement opérationnelle celle-ci compte aussi inclut une lampe de travail et un port USB intégré au poignet pour charger un smartphone. On y trouve aussi une lumière laser, une montre numérique, et le meilleur pour la fin : un drone opérationnel.

Google de son côté travaille depuis plusieurs années sur le sujet. Parmi ses projets, des lentilles bioélectroniques destinée à remplacer le cristallin de l’œil pour améliorer la vision. Ce type d’implants devrait être utilisé massivement d’ici 8 à 10 ans selon les experts. Autant dire qu’il sera compliqué d’arrêter cette évolution technologique. Le meilleur choix est donc de l’encadrer pour éviter que n’apparaissent des dérives en terme de sécurité et de santé.