Accueil / Santé connectée / Jawbone va nous quitter

Jawbone va nous quitter

liquidation jawbone

Jawbone, un des premiers constructeurs de bracelets connectés, est en liquidation. La conclusion de plusieurs années difficiles et la promesse d’un nouvel avenir pour le nom.

C’en est fini de Jawbone. Depuis quelques années, l’entreprise semblait avoir du mal face à la concurrence toujours plus rude des objets connectés. D’après The Information, Jawbone, qui sortait l’un des premiers bracelets connectés en 2011, se trouve désormais en liquidation.

Jawbone : de milliardaire à fauché

En 2014, l’entreprise californienne était valorisée à plus de 3 milliards de dollars ; deux ans plus tard, elle avait perdu la moitié de sa valeur. Aujourd’hui, elle s’apprête à fermer et a cessé toute activité depuis décembre dernier.

Si elle était parmi les premières à se lancer dans le marché du bracelet connecté, avec le Jawbone UP en 2011, l’entreprise n’a pas su faire face à ses concurrents directs, notamment à Fitbit. Cette concurrence mena même les deux entreprises au tribunal, l’année dernière.

liquidation jawbone

La chute

Le futur défunt accusait son rival d’avoir volé des brevets en débauchant certains de ses employés. Requête “inéligible” auprès du juge, qui les considérait comme “visant un monopole sur les idées abstraites de surveillance du sommeil et d’autres données relatives au sommeil”.

Ce revers plaça le créateur du UP dans une position délicate, qui devint encore plus difficile une fois l’Apple Watch arrivée sur le marché. Depuis la sortie des produits connectés Apple, la marque n’a plus cherché à lancer de nouveaux produits. À part des évolutions de ses bracelets UP, elle ne faisait plus rien.

La résurrection du nom Jawbone

Mais, toujours d’après The Information, le nom de cette marque n’est pas près de s’éteindre définitivement. Le président et co-fondateur de la marque, Hosain Rahman aurait fondé une nouvelle société, dédiée à la santé connectée. Jawbone Health Hub, qui cherche à devenir un acteur des technologies professionnelles de santé, aurait déjà débauché des employés historiques de son ailleule et disposerait d’un budget de 300 millions de dollars.

Sources & crédits Source : Le Figaro - Crédit :