Accueil / Santé connectée / Cinq innovations qui vont changer notre rapport à l’eau

Cinq innovations qui vont changer notre rapport à l’eau

eau innovation

L’eau recouvre les 3/4 de notre planète. Elle compose 65% du corps humain et est indispensable à notre survie. Pourtant, nous sommes très inégaux face à elle. Dans certaines régions du globe, la sécheresse est un problème quotidien. Dans l’activité sportive, certains se déshydratent beaucoup plus rapidement. Face à ces inégales et pour pouvoir faire changer les choses, l’innovation se met au service de l’eau. Illustration à travers cinq exemples très différents. 

Un wearable pour mesurer notre hydratation

hydratation de la peau

Pour les besoins de notre corps, nous devrions boire chaque jour entre 1,5 et 2 litres d’eau. Pourtant, combien d’entre nous le font réellement ? L’Université de Caroline du Nord a donc mis au point un petit wearable pour nous faire penser à nous hydrater de façon régulière. Il est capable de traduire l’état électrique de notre peau en taux d’humidité grâce à des électrodes. S’il détecte que vous êtes déshydraté, l’application installée sur votre smartphone vous prévient. Le petit plus, il est capable de faire la différence entre l’eau et l’humidité naturelle de votre peau. Vous pouvez donc l’emmener dans la douche ou à la piscine sans risque.

A l’heure actuelle, il s’agit encore d’un prototype et aucune date de commercialisation n’est encore prévue. Il serait toutefois surprenant qu’il ne soit pas commercialisé à plus ou moins courte échéance. Au-delà de son intérêt évident pour la santé, son marché potentiel est immense. Il va des sportifs qui veulent être sûrs de bien récupérer,  aux personnes âgées pour lesquelles il peut s’agir d’une question de vie ou de mort.

Le Cloud Fisher pour avoir de l’eau dans le désert

cloud fisher eau

Les « Cloud Fisher » est une technologie principalement utilisée dans les pays en développement pour collecter l’humidité du brouillard. Imaginée par l’entreprise allemande Aquanopolis, elle permet de recueillir jusqu’à 36.000 litres d’eau par jour, selon la surface mais aussi l’emplacement où il est situé. Pour l’instant, ils ont principalement été installés en Afrique mais des projets sont en cours en Amérique du Sud.

Ses principaux avantages sont la facilité d’installation, un coût relativement faible et surtout que l’eau qui en sort est potable et propice à tous les usages. Les gouttes d’eau sont piégées par la toile et glissent ensuite vers des bidons où l’eau est recueilli. L’importance de l’emplacement choisi pour l’installation est vraiment cruciale. Le « rendement » peut varier du simple au triple.

Ooho! la bulle d’eau comestible

Ooho eau

C’est le produit qui fait le buzz en ce moment et pourrait bien signifier la fin des bouteilles d’eau en plastique. Des designers londoniens ont imaginé des bulles biodégradables et comestibles pour stocker l’eau. Les capsules Ooho! sont conçue à partir d’algues, sont flexibles et peuvent contenir jusqu’à 250 millilitres. Elles utilisent le processus de « gélification » qui transforme des liquides en gels. Et il n’y a rien à faire pour s’abreuver ! Juste gober la petite bulle en y faisant un petit trou. Déjà testé depuis plusieurs mois dans les rues de Londres, le projet en est maintenant au stade du financement. Ils espéraient recueillir 400.000 livres sur la plateforme CrowdCube, mais les fonds disponibles sont maintenant de quasiment du double.

Reste à voir maintenant d’ici combien de temps ce produit arrivera réellement sur le marché. L’entreprise espère pouvoir le commercialiser d’ici l’an prochain dans des événements comme les festivals ou les marathons. Au-delà du visuel soigné, il s’agit d’un véritable enjeu crucial d’un point de vue environnemental. Chaque année 89 milliards de bouteilles d’eau sont fabriquées sur la planète et seulement 20% sont recyclées !

CityTaps, le compteur d’eau intelligent

citytaps eau

Rassurez-vous, on ne va pas vous parler des compteurs Linky qui provoquent tant de polémiques. Le compteur d’eau de la start-up française CityTaps n’est pas prévu pour les pays occidentaux. Il vise plutôt les pays en développement où les infrastructures sont généralement moins développées. Après avoir reçu un prix de 500.000 dollars dans le cadre du Verizon Powerful Answer Award, l’entreprise compte maintenant se développer massivement à l’international. L’objectif annoncé est de 1,8 million de compteurs d’eau par an ! Il faut dire qu’il répond à un problème simple : le dernier kilomètre. Pour les fournisseurs d’eau, amener le réseau jusqu’aux habitants les plus pauvres peut être compliqué car ils ont peur que cela ne soit pas rentable. Avec Citytaps, le consommateur paie sa consommation d’eau au début du mois en choisissant s’il veut 2, 5 ou 10 mètres cubes d’eau. Ainsi, le fournisseur n’a pas besoin d’avancer les fonds et le paiement réalisé par mobile est simplifié pour tous.

Pour l’entreprise, il s’agit aussi d’un acte citoyen. L’idée est de permettre à ces populations d’avoir accès à l’eau de façon durable, pas seulement grâce à l’aide internationale en cas de crise, de les aider à sortir du cycle de la dépendance.  « L’accès à l’eau à la maison change tout. Ceux qui n’en bénéficient pas subissent une triple peine : en temps (car ils doivent marcher longtemps pour aller aux fontaines), en argent (car l’eau est jusqu’à 15 fois plus chère dans ce cas) et en santé (l’eau propre est contaminée à nouveau lors du transport) » explique Grégoire Landel le CEO de l’entreprise.

Pour découvrir les meilleures innovations, le top des objets connectés, ces nouvelles tendances qui vont changer notre rapport au monde, rendez-vous dans notre rubrique dédiée !