Accueil / Loisir / Et le handspinner connecté devint réalité…

Et le handspinner connecté devint réalité…

bluespin handspinner

Une campagne de crowdfunding débute en juillet pour soutenir un projet de handspinner connecté : le BlueSpin. Une évolution prévisible du gadget rotatif, à l’intérêt discutable.

Le handspinner connecté, inévitable gadgétisation ?

En quelques mois, le handspinner est devenu incontournable. On aime, on déteste, comme souvent avec ce type de produit à l’utilité discutable. Mais voici qu’arrive une évolution qui va ravir les fans et agacer les haters : le handspinner connecté. La société Bluespin a lancé une campagne de financement participatif sur Indiegogo pour faire du handspinner Bluetooth une réalité.

Il fallait s’y attendre, et c’est d’ailleurs surprenant qu’on ait dû patienter si longtemps pour que ce gadget trouve sa version connectée. L’objet lui-même comporte une batterie remplaçable – censée durer un an sans recharge – une connectique Bluetooth, et même un système de localisation pour retrouver un BlueSpin perdu (dans les limites du Bluetooth, soit 60 mètres).

 

Créer une communauté de spinners connectés

Aussi, et surtout, le spinner connecté est équipé de deux senseurs tactiles et d’un accéléromètre. Ce sont eux qui font du fantasme handspinner connecté, une réalité. L’accéléromètre rendra compte de la vitesse et du nombre de tours effectués, pendant que les capteurs tactiles seront témoins des tricks les plus mémorables : passage d’une main à l’autre, équilibre sur un doigt…

Toutes ces informations sont envoyées sur une application, gratuite et compatible avec tous les smartphones et tablettes. Elle tiendra compte de tous les records et permettra de s’affronter à toute la communauté des “spinners connectés”. Elle mettra aussi en contact tous les spinners professionnels, grâce à un chat intégré.

Vendu pour la “modique” somme de 49 dollars, le BlueSpin s’ouvre aux financements en juillet, pour arriver sur – presque – tous les doigts en septembre. Reste à savoir si les 20 000 dollars demandés seront récoltés et, surtout, si les gens s’y intéresseront encore, une fois l’été passé. Car si la société se targue d’avoir “transformé un bon gadget en un super gadget”, elle a surtout fait d’un gadget… un gadget connecté.

  • David Heymans

    quand on voit les picachu qui font un carton, je pense que celui çi peut-etre tres chouette egalement
    je dit oui