Accueil / Loisir / Drones / Les drones DJI bannis par l’armée américaine

Les drones DJI bannis par l’armée américaine

Drone DJI-interdits-armée-américaine

La société DJI est une référence concernant la vente de drones aux professionnels et aux particuliers. Avec des modèles tels que le Spark, la société tente de séduire le plus grand nombre grâce à des technologies innovantes. Pourtant, la société vient d’essuyer un affront dû au dernier mémo de l’armée américaine qui conseille tout simplement à ses troupes de ne pas utiliser les drones DJI.

L’armée américaine utilise des drones pour ses opérations au sol. Cependant, celle-ci a récemment déconseillé à ses troupes d’utiliser des appareils de la marque DJI car ces derniers seraient sensibles à des cyberattaques.

Les drones DJI sujets aux cyberattaques

Dans un mémo daté du 2 août, l’armée américaine a conseillé à ses troupes de ne pas utiliser les drones DJI. Ainsi selon l’agence Reuters, les produits de la marque chinoise seraient sujets à la cybervulnérabilité. Ainsi, les troupes doivent immédiatement cesser toute activité avec ces appareils mais également supprimer toutes les données et les logiciels issus de chez DJI. Le mémo est issu d’une recherche provenant de l’Army Research Laboratory et la de Navy.

Du côté de DJI, la marque à réagit à cette annonce en publiant un communiqué  :  » Nous sommes surpris et déçus de lire des rapports évoquant cette décision de l’armée américaine, décision prise sans même nous avoir consultés. Nous sommes toujours heureux de travailler directement avec n’importe quelle organisation, y compris l’armée américaine, sur la gestion des problèmes de sécurité. »  Cette annonce a de quoi désorienter alors que les relations diplomatiques se sont rafraîchies entre Chine et États-Unis notamment au sujet de la Corée du Nord.

De nouvelles façons d’agir envers les drones

drones dji spark modeles couleur

Parmi les nouvelles directives placées pour l’armée américaine, il est également possible d’abattre un drone survolant une base militaire. Ainsi, un drone s’approchant d’une base à moins de 122 mètres peut désormais être désactivé ou tout simplement abattu par les militaires si ces derniers considèrent que l’appareil est une menace. De plus, le propriétaire du drone s’expose à des poursuites judiciaires . Ces mesures ont été prises à cause de l’augmentation de faits divers impliquant des particuliers qui détruisent des drones depuis leur propriété.