Accueil / Vêtement et accessoire connectés / Lunettes connectées / Des lentilles de contact en impression 3D, c’est possible !

Des lentilles de contact en impression 3D, c’est possible !

Lentille de contact connectée

Des chercheurs de l’université de Princeton ont mis en place une imprimante 3D capable de concevoir des lentilles de contact avec une diode qui s’illumine.

Vous vous êtes sans doute demandé au moins une fois s’il était possible d’avoir des lentilles connectées ? Eh bien oui… Grâce à une imprimante 3D et des diodes. Des chercheurs de l’Université de Princeton se sont attardés sur le sujet, et pour l’occasion, ils ont même créé une nouvelle imprimante 3D. Celle-ci est capable de créer des composants aussi petits soit-il, mais surtout, de prendre en compte les différentes incompatibilités qui résulte dans la création d’un objet aussi petit qu’une lentille de contact avec une imprimante 3D.

L’utilisation des imprimantes 3D

L’objectif principal de cette « mission » que se sont lancé les chercheurs ne résultait pas tant de la création de lentilles connectées, mais plutôt de prouver qu’il était possible de déjouer l’utilisation « normale » des imprimantes 3D. C’est-à-dire soit de manière mécanique, chimique ou thermique qui ne correspondait pas à la conception d’un objet nanométrique.

La nouvelle imprimante 3D mise en place pour l’occasion a coûté près de 20 000  dollars aux scientifiques, mais c’est une révolution dans le domaine de la santé qui prime dans l’internet des objets.

 princeton université chercheurs

Une diode qui s’illumine dans les lentilles

Créer des lentilles connectées n’était pas une tâche aisée en soi… La particularité de celle-ci c’est qu’elles possèdent une diode capable de se colorer de plusieurs couleurs différentes. Pour que la LED s’illumine, une source d’énergie extérieure est nécessaire. Mais quand elle est posée dans l’œil, la diode ne peut pas s’allumer par un clignement des yeux.

Hypothèse validée

L’hypothèse concernant la conception d’objet aussi petit qu’une lentille de contact est maintenant validée. 

Le Professeur Mc Alpine a déclaré : « Cela démontre que nous pouvons utiliser l’impression 3D pour créer des systèmes électroniques complexes incluant des semi-conducteurs. Nous avons été capables de construire un appareil entier, en l’espèce une LED. Nous avons utilisé des points quantiques [aussi connus sous le nom de nanoparticules] comme une encre. Nous avons été capables de générer deux couleurs différentes : orange et vert. »

Source