Accueil / Loisir / Bricolage / Découverte de la Discovery200 : l’imprimante 3D imprimée

Découverte de la Discovery200 : l’imprimante 3D imprimée

Les imprimantes 3D se sont démocratisées ces dernières années mais elles restent inaccessibles au commun des mortels. Du moins c’est qu’on aurait pu croire avant la Discovery200 de Dagoma. Ce modèle est parfait pour les novices : peu cher et facile à utiliser.

Discovery200 : idéale pour découvrir l’impression 3D

L’imprimante 3D Discovery200 est une réelle porte ouverte vers l’impression en volume pour les personnes voulant s’y essayer. En effet, les imprimantes sont souvent très chères, ne peuvent être montées que par des bricoleurs confirmés et sont difficiles à utiliser. La Discovery200 prend ce postulat à contrepied en proposant un modèle à 299€, pouvant être assemblée par un novice sans aucune soudure, et qui se révèle en plus très facile à utiliser.

Petite fierté nationale : l’imprimante est entièrement conçue et fabriquée en France. Elle est capable d’imprimer des objets en volume en utilisant comme matière première un fil de plastique PLA (Acide Poly Lactique). Elle fonctionne sur un volume de 20x20x20 cm en utilisant un logiciel gratuit fourni avec l’appareil : Cura.

Pour ceux ne connaissant pas le fonctionnement d’une imprimante 3D : il s’agit de faire chauffer le fil de plastique jusqu’à sa fusion, puis de l’expulser à travers une toute petite buse (0,4 mm de diamètre pour la Discovery200) sur un plateau afin de former une très fine ligne. Couche après couche, l’objet désiré prend ainsi forme petit à petit.

Unboxing et construction de la Discovery200

Unboxing de la Discovery200.

Fait amusant : Les pièces en plastique blanc qui forment le corps de la Discovery 200 ont elles-mêmes été imprimées à l’imprimante 3D. Comme c’est le modèle en kit que nous avons pu tester à la rédaction, c’est de lui que nous parlerons dans cet article, mais sachez que vous pouvez commander un modèle déjà construit pour 100€ de plus.

Unboxing de la Discovery200.

Si vous commandez le modèle en kit, vous recevrez toutes les pièces nécessaires à la construction de l’imprimante, dont certaines sont déjà montées (comme le moteur par exemple). Avec elles, vous aurez également une carte micro SD de 2Go ainsi que son lecteur, une spatule pour décoller facilement les pièces ainsi qu’une alimentation électrique. Enfin, vous aurez également droit à un revêtement spécial pour le plateau qui optimisera au maximum les impressions.

Assemblage de la Discovery200.

L’imprimante a été montée par nos voisins de bureau de chez Kyokita (que nous remercions au passage). Habitués au montage d’appareils bien plus complexes, ils confirment que la Discovery200 peut être assemblée même par un novice en ce type de travaux.

Assemblage de la Discovery200.

Vous pouvez compter cinq heures pour assembler l’imprimante entièrement. Cela vous semble long ? Eh bien sachez qu’il leur a fallu trois jours pour monter l’Ultimaker Original, un modèle bien plus complexe pour lequel toutes les pièces, y compris le moteur, doivent être montées par l’utilisateur. La Discovery 200 reste fidèle à son identité de modèle facilement accessible au plus grand nombre. Il n’y a que très peu de petites pièces, ce qui facilite grandement la construction.

Assemblage de la Discovery200.

Le plan est globalement bien fait et facile à suivre. Toutes les grandes étapes sont expliquées et seuls quelques oublis sont à déplorer. Le principal problème étant le placement des fils : on se retrouve à la fin du montage avec de nombreux fils électriques qui se baladent sans vraiment savoir où les mettre. Cela peut devenir réellement gênant quand certains d’entre eux sont en contact avec la courroie qui permet le déplacement du plateau. Il faudra faire attention pour éviter une usure sur le long terme.

Assemblage de la Discovery200.

Car oui, le plateau bouge ! Là où, sur la plupart des modèles, c’est la tête d’impression qui s’occupe de retranscrire le volume de la pièce voulue sur un plateau fixe, la Discovery200 est équipée d’un plateau mobile qui aide la tête d’impression dans sa tâche. Cela permet de couvrir plus facilement les différentes dimensions.

Assemblage de la Discovery200.

Pour en revenir à la construction du modèle, un autre problème est à déplorer : le manque de renseignements sur l’outillage. Certaines pièces qui doivent pouvoir être montées avec un tournevis selon le manuel ne peuvent en réalité pas l’être sans une clef Allen. Il aurait été judicieux d’inclure cette clef directement dans la liste des outils nécessaires à l’assemblage de l’imprimante. Cependant, le plan reste très bon dans son ensemble, aidé par la facilité de construction du modèle.

Fonctionnement et efficacité de la Discovery200

L’imprimante peut dégager un aspect assez cheap dû à sa taille relativement petite et à l’absence de cadre autour de son corps. Cet aspect est amplifié par certaines pièces qui ont du jeu (notamment les vis sans fin qui permettent à la tête d’impression de se déplacer verticalement). Mais il ne s’agit bien que d’un aspect : le modèle est très efficace. Il imprime des pièces de grande qualité malgré son prix réduit.

Assemblage de la Discovery200.

Elle est même dotée de fonctionnalités qu’on n’imaginerait pas pour un modèle si abordable. Par exemple, si une pièce penche, le plateau compensera automatiquement la différence afin que cela n’influence pas la construction de la pièce. Une telle précision de calcul est impressionnante pour un modèle si peu cher, mais se révèle en même temps nécessaire vu que la précision de l’assemblage ne peut pas être parfaite et que certaines pièces ont du jeu.

Lorsque vous allumez pour la première fois la Discovery200, le bruit du ventilateur sera votre témoin. S’il ne fonctionne pas, éteignez tout de suite l’imprimante et vérifiez vos branchements. S’il fonctionne, vous n’avez plus qu’à attendre que l’appareil fasse les réglages nécessaires pour se repérer dans l’espace et vous pourrez ensuite lui demande d’imprimer ce que vous voulez.

Assemblage de la Discovery200.

Contrairement aux modèles de gamme supérieure, la Discovery200 ne dispose pas d’un écran de contrôle. Vous choisirez directement un objet numérique sous la forme de fichiers 3D que vous placerez sur la carte SD avant de l’insérer dans l’imprimante.

Bien qu’il soit difficile d’évaluer la vitesse d’impression, qui dépend des détails et de la taille de la pièce imprimée, elle reste relativement rapide comparée à d’autres modèles.

Assemblage de la Discovery200.

Seul problème rencontré : le moteur de l’imprimante a rencontré des difficultés à entraîner le fil de plastique. Problème sur le modèle ? Erreur de montage ? Nous n’avons pas de réponse pour le moment, mais nous avons réussi à imprimer un modèle sans aucun problème. Cela laisse imaginer qu’il ne s’agit que d’un problème isolé.

À savoir avant de l’acheter : vous ne pourrez imprimer que d’une seule matière et d’une seule couleur à la fois. Cependant, cela est tout à fait normal pour un modèle aussi abordable. Si vous souhaitez diversifier vos impressions, il faudra plutôt vous tourner vers des imprimantes bien plus chères comme la MultiFab.

A propos de Geoffrey